L'approbation du SAGE Sarthe aval au 10 juillet 2020 inaugure sa phase de mise en oeuvre !

A la suite de l'enquête publique de septembre 2019 et à la Commission Locale de l'Eau qui a adopté les documents du SAGE le 18 décembre 2019, le SAGE du bassin versant de la Sarthe aval a été approuvé le 10 juillet 2020. Cet arrêté inter-préfectoral, signé des Préfets des trois départements concernés (Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe), marque le lancement de la phase de mise en oeuvre du SAGE. 

L'arrêté d'approbation du SAGE Sarthe aval

 

Les documents constitutifs du SAGE Sarthe aval :

 

 

Le périmètre du SAGE

Fixé par arrêté préfectoral le 16 juillet 2009, le périmètre d’élaboration du SAGE concerne la totalité du territoire naturel que constitue le bassin versant de la Sarthe Aval. Il représente un territoire cohérent du point de vue des composantes naturelles, des contraintes socio-économiques et des enjeux de la gestion de l’eau identifiés.

Le bassin versant de la Sarthe Aval (2 727 km²) comprend la rivière Sarthe et ses affluents, depuis sa confluence avec l’Huisne au Mans, jusqu’à sa confluence avec la Mayenne en amont d’Angers.

C’est au cœur des basses vallées angevines, après un parcours de 130 km, que la Sarthe aval conflue avec le Loir puis la Mayenne pour former la Maine, d’une longueur de 11 km, qui se jette ensuite dans la Loire. Le bassin versant de la Sarthe Aval est à cheval sur les départements de la Sarthe, de la Mayenne et du Maine-et-Loire. Au total, ce sont aujourd'hui 177 communes qui sont comprises en totalité ou en partie dans ce périmètre.

Visualisez la carte du territoire du SAGE

Consultez la liste des 177 communes concernées par le SAGE

Territoire très agricole, le bassin versant est encadré par deux importantes agglomérations : Le Mans au Nord et Angers au Sud.

 

> Pour en savoir plus sur le bassin versant !

Ses enjeux

Le diagnostic a abouti à la mise en évidence des enjeux sur le territoire, ainsi que les objectifs vers lesquels le SAGE doit tendre. Ceux-ci ont été validés par la CLE du 24 février 2014. La phase de scénario tendance a permis d’identifier de nouveaux enjeux :

  • Limiter le phénomène d’érosion, qui représente un enjeu transversal à toutes les thématiques : dépendant des éléments du milieu naturel, influent sur la qualité de la ressource en eau, et lié au ruissellement qui influe lui-même sur les inondations et étiages.
  • Le respect des débits d’étiage permettant un équilibre entre l'ensemble des usages (activités, prélèvements, rejets, ...) et le bon fonctionnement du milieu aquatique.